logo qualife logo qualife

A la recherche d’un travail ? Mode d’emploi d’aujourd’hui

25 septembre 2017

Une conférence a été donnée à la Brasserie des Tours à Carouge le 19 septembre dernier sur le thème de l’accès au marché caché de l’emploi à Genève. Fruit d’une étroite collaboration entre la Ville de Carouge et la Fondation Qualife, cet événement inaugural a officialisé l’ouverture dans les locaux du Service des affaires sociales d’une permanence réservée aux Carougeois de plus de 50 ans en recherche d’emploi. 

C’est autour de courtes conférences et d’un apéritif convivial que la Ville de Carouge et la Fondation Qualife ont décidé d’officialiser leur partenariat pour les 50+. Malgré un temps maussade, une cinquantaine de personnes ont répondu à l’appel et rapidement occupé l’ensemble de l’espace conférence, contraignant les retardataires à se presser au comptoir de la Brasserie pour entendre l’équipe du SAS de Carouge et les conseillers en emploi de la Fondation Qualife.

Le Marché Caché de l’emploi

marché de l'emploi

 

En préambule ; une présentation de la nouvelle permanence à destination des Carougeois de plus de 50 ans en recherche d’emploi. Elle se tient les mardis matin et reçoit sans rendez-vous dans les locaux du Services des affaires sociales de Carouge. Les personnes ayant besoin d’un appui spécifique sont reçues sur rendez-vous les jeudis après-midi. Le vif du sujet est ensuite abordé : c’est de marché caché de l’emploi que l’on va parler en cette fin d’après-midi.
Le marché caché, ce sont les postes qui ne sont jamais publiés et qui constituent 70% des emplois totaux ! Si le public a l’air d’être au point quant à la méthodologie classique de recherche d’emploi : chercher des annonces et y répondre ou encore s’inscrire dans des agences de placement, il en va autrement du marché caché. Comment l’atteindre ? Comment retrouver de l’énergie dans sa recherche lorsqu’on a l’impression de « tourner en rond » ? Les candidatures spontanées, le recrutement par cooptation ou encore le bouche à oreille sont mentionnés. Relativement bien connues de la majorité des demandeurs d’emploi, ces démarches peuvent cependant être complétées par une approche qui l’est moins : la méthode PIE.

La méthode PIE

 

PIE (pour prise d’information en entreprise) est une méthode ayant pour but d’obtenir des entretiens d’information afin de se rendre visible auprès d’employeurs potentiels. En adoptant une posture proactive, le but est d’augmenter son accès au marché caché de l’emploi tout en réduisant la concurrence. Pour que cette méthode fonctionne, il faut cependant s’astreindre à une règle importante : ne pas se mettre dans la posture du demandeur d’emploi, mais bien chercher à obtenir des informations sur un métier, un secteur d’activité ou une entreprise.
Pour que la démarche soit cohérente, il est nécessaire d’avoir défini un projet professionnel clair et réaliste en amont. Cette approche, qui vient s’ajouter à la méthode de recherche classique, permet d’approcher les entreprises visées de manière proactive, de démontrer une réelle motivation et de profiter de toute l’attention de son interlocuteur qui n’est pas pris par l’urgence d’un processus de recrutement.
Si la méthode PIE semble relativement simple sur papier, elle implique cependant une certaine prise de risque, il faut être prêt à s’exposer et ne pas attendre de résultat immédiat. A la question : qui dans cette salle a déjà été recruté grâce à un contact réseau, de nombreuses mains se lèvent, preuve s’il en faut que la méthode PIE peut apporter une vraie valeur ajoutée à une recherche d’emploi.

Le recruteur 4.0

Place est ensuite faite au recrutement 4.0, initié avec l’avènement du big data, l’intelligence artificielle et la digitalisation des RH. Du sourcing de candidats sur les réseaux sociaux à l’entretien d’embauche effectué par des robots recruteurs en passant par la sélection des dossiers via des algorithmes, le marché de l’emploi 4.0 introduit une nouvelle méthodologie de recrutement où le matching entreprise-candidat se fait par d’autres canaux.

 

Du côté des entreprises, publier des annonces pour recruter ne suffit plus, il faut aussi savoir attirer les candidats, notamment en soignant sa marque employeur sur le web mais aussi à l’interne. Pour le recrutement de talents et de profils spécifiques, le sourcing transforme le recruteur en enquêteur qui fouille la toile au travers de multiples outils numériques pour contacter les candidats les plus adéquats, y compris ceux qui ne sont pas en recherche active.
Du côté des candidats, travailler son image personnelle réelle et virtuelle, contrôler sa e-réputation et pratiquer une veille informatique régulière font désormais partie du b.a.-ba de la recherche d’un emploi.
Cette apparente déshumanisation des processus de recrutement comporte néanmoins des aspects positifs. Ainsi, une multinationale de renom ayant introduit ces pratiques innovantes relève que non seulement le temps de recrutement est considérablement réduit mais aussi que les profils recrutés présentent une plus grande diversité socio-culturelle et socioéconomique et une meilleure parité homme-femme. De quoi nous laisser entrevoir avec plus de sérénité l’évolution vers le recrutement 5.0.
La présentation se termine par quelques mots du directeur de la Fondation Qualife, M. Simon Darioli, ainsi qu’un court discours de la magistrate, Mme Anne Hiltpold, maire de Carouge.

Partager ce contenu