logo qualife logo qualife

Maîtriser et affiner sa communication non-verbale

5 mars 2018

La communication non-verbale fait partie intégrante du message que l’on transmet à notre interlocuteur. Souvent à notre insu, parfois à notre avantage … ou pas ! L’objectif du café-contacts qui s’est déroulé le 22 février, est de prendre conscience des aspects non-verbaux de sa communication, d’en faire un auto-diagnostic et d’apprendre à les utiliser à bon escient dans le cadre de ses démarches professionnelles.
Après un bref rappel de la théorie des 7-38-55 % d’Albert Mehrabian, qui peut se résumer au travers du schéma ci-dessous, nous mettons en lumière les différents aspects non-verbaux à prendre en considération dans le cadre d’une rencontre en face à face notamment lors d’un entretien d’embauche. Des mises en situations sont proposées aux participants afin d’expérimenter ces informations et des jeux de rôles sont effectués permettant à chacun d’observer sur soi et sur les autres les différentes expressions de la communication non-verbale.

Quelques points d’attention sont soulevés, tels que :
§ Position du corps
Tenez-vous droit, tête haute
Adoptez une attitude ouverte, mains au-dessus de la table si vous êtes assis
Exposez les parties «vitales» : ventre et cou (message de sécurité pour le cerveau limbique)
§ Contact visuel
Supportez le regard de votre interlocuteur (3 secondes en moyenne)
Détournez le regard pour faire appel à vos souvenirs, réfléchir ou pour rompre une trop grande insistance
§ Timbre et volume de la voix
La portée de votre voix doit inspirer confiance et affirmation
Pensez à respirer : prenez une inspiration, bloquez l’air, puis parlez lentement
§ Expression du visage
Sourire franc
Muscles du front et de la mâchoire détendus
§ Mouvement et gestes
Les gestes volontaires ou intentionnels qui permettent de renforcer le discours, l’embellir ou le préciser
Les gestes involontaires ou accidentels : ils expriment nos émotions et nos intentions. Ceux qui comblent un vide : jouer avec un stylo, tripoter sa bague, feuilleter ses documents, … Ceux qui permettent de se rassurer : réajuster sa position sur sa chaise, repositionner sa veste, …

 
Nous abordons également des notions telles que la proxémie qui peut se résumer comme la distance physique qui s’établit entre des personnes prises dans une interaction, un échange de communication. Très sensible aux aspects culturels et individuels, la proxémie doit néanmoins être considérée lors de tout échange afin de veiller à respecter le champ de l’autre et pouvoir rester dans une zone adéquate favorisant la qualité de la communication.
 

 
Enfin, nous abordons une technique de communication non-verbale visant à créer un climat favorable lors d’une interaction : l’effet caméléon.
En 1990, le professeur Giacomo Rizzolatti, physiologiste et neurologue, a découvert l’existence des neurones miroirs qui jouent un rôle dans l’apprentissage par imitation et dans des processus émotionnels comme l’empathie. Ce sont eux qui commandent inconsciemment d’imiter les postures et la gestuelle d’une personne avec qui on est en accord.
Cette théorie avance l’hypothèse que vous pouvez montrer, de manière subtile, à l’inconscient de votre interlocuteur, que vous êtes en empathie avec lui, en connectant entre eux vos neurones miroirs.
Ce mimétisme volontaire des attitudes peut se faire de 2 manières :

  • directe : croiser le même bras, se frotter ou se gratter la même zone du visage, croiser la même jambe, …
  • indirecte : croiser les bras lors d’un croisement de jambe, se gratter l’avant bras lors d’un grattage du nez, …Vous devrez alors être attentif et observer le moment où votre interlocuteur va accepter votre synchronisation et se mettre à son tour à reproduire inconsciemment vos postures.

Le café-contacts se termine sur un dernier jeu de rôle autour d’une simulation d’entretien qui permet d’ancrer les apprentissages de la matinée et de valider l’adage : «on n’a jamais deux fois l’occasion de faire une bonne première impression».
 

Partager ce contenu