logo qualife logo qualife

Demain, je crée mon job ! Les solutions facilitatrices

21 juin 2017

Le 1er juin dernier, Qualife organisait un Café-ContactsConférence sur le thème de la création d’activité indépendante au Café Les Volontaires. Trois mini-conférences et le témoignage d’une ancienne participante Qualife ayant réussi à développer sa propre activité ont permis à la cinquantaine de personnes réunies de découvrir les solutions facilitatrices disponibles à Genève.

Ce Café-contacts Conférence a débuté par une question essentielle que chaque candidat à la création d’entreprise devrait se poser avant de lancer son projet : «Suis-je fait pour être indépendant-e ?». Claude Michaud, Coach en création d’entreprise à Genilem, nous a apporté quatre éléments de réponse au travers d’une présentation des qualités personnelles de l’entrepreneur.

1. Quelle motivation?

Tout d’abord, toute personne tentée par l’entrepreneuriat devrait s’interroger sur sa motivation réelle. «Qu’est-ce qui me pousse à me lancer dans cette aventure ?». Est-ce l’opportunité, l’idée de pouvoir créer quelque chose de ses propres mains, exploiter en toute autonomie son expertise dans un domaine ? Ces différentes sources de motivation sont déjà un bon indicateur de la solidité d’un projet, et de la capacité de son instigateur à le mener à bien.

2. Une question d’équilibre?

Trois éléments entrent en jeu dans une création d’activité : la personne, le marché et le projet lui-même. Ces trois dimensions doivent s’harmoniser et s’équilibrer pour la construction d’un plan d’action qui permette d’avancer.

  • La dimension «personne» regroupe les notions de motivation(s), valeurs partagées, compétences métier, préférences au travail, familles et entourages.
  • La dimension «marché» comprend les clientèles, les besoins et les attentes, les facteurs clés de succès, le contexte géographique, les facteurs d’influence, les prestations concurrentes.
  • Enfin la dimension « projet » fait appel au modèle d’affaires, aux produits et services, aux ressources humaines, la proposition de valeur, les ressources financières, l’infrastructure, les locaux, les canaux de communication.

Ces trois éléments réunis permettent d’élaborer le plan d’action qui repose quant à lui sur la mise en œuvre d’enquêtes et d’études de marché, l’estimation des volumes projetés de vente, des évaluations et des pivots, des prévisions financières, et la définition d’une stratégie souple.

Les dix erreurs les plus fatales pour les startups sont :

  • Produire ce dont personne n’a besoin – 36%
  • Ne pas s’entourer des bonnes personnes – 18%
  • Manquer de focus – 13%
  • Échouer en marketing des ventes – 12%
  • Mal choisir ses associés – 8%

3. Créer son entreprise est un long parcours

phases entrepreunariat

Les phases de l’accès à l’entrepreunariat

       

4. Préparez-vous, ça va tanguer !

Être gérant d’entreprise c’est aussi être multitâche et être capable de devenir tour à tour comptable, administrateur, commercial, chef marketing, etc… Le métier d’entrepreneur est un métier pluridisciplinaire qui nécessite d’avoir (ou de développer) une multiplicité de compétences en dehors de son champ d’expertise, y compris des compétences qui ne correspondent pas à ses préférences comportementales. Dans tous les cas de figure, les entrepreneurs doivent accepter l’idée de sortir de leur zone de confort. « Mais si vous en avez envie… ça peut être drôlement fun! ».

Vous pouvez retrouver l’enregistrement de cette présentation en intégralité sur Youtube : https://youtu.be/Yef2UYvjo8I

Nous avons ensuite eu l’occasion d’en apprendre plus sur le portage salarial grâce à Khaled Yatouji, Fondateur d’Helvetic Payroll. Il nous a présenté cette solution innovante et sécurisante qu’il définit comme l’équilibre parfait entre le salariat et le statut d’entrepreneur indépendant.Le portage salarial permet à une personne d’effectuer des prestations de services en entreprise tout en confiant la lourdeur administrative et juridique à sa société de portage. Durant sa mission, le consultant en portage devient «salarié» (portage salarial) de Helvetic Payroll qui va ainsi gérer pour lui toutes les démarches administratives, ainsi que les taxes et charges sociales.

Cette solution présente des intérêts à la fois pour la personne qui propose ses services et pour l’entreprise qui souhaite le faire intervenir sur un mandat.

portage salarial

Les avantages du portage salarial

Une relation triangulaire s’établit entre la société de portage, le salarié porté et l’entreprise cliente :

  • La relation entre la société de portage et l’entreprise cliente est régie par un contrat de prestations.
  • La relation entre la société de portage et le consultant en portage est régie par un contrat de travail.
  • La relation entre le consultant en portage et le client est définie par le cahier des charges de la mission.

Les avantages pour les personnes portées :

  • Financier :
    • Même protection sociale qu’un salarié
    • Optimisation opérationnelle du revenu
  • Gain de temps :
    • Aucune gestion administrative
    • Solution simple et rapide à mettre en œuvre
    • Concentration sur le cœur de son métier
  • Flexibilité :
    • Une offre salariale personnalisée
    • Revenu en adéquation avec le temps travaillé

Les avantages pour l’entreprise :

  • Simplicité :
    • un seul point de contact pour la gestion des consultants
    • Processus financier : un relevé d’activité et une facture mensuelle
  • Gain de temps :
    • Plus de contraintes et de charges liées à la gestion et l’administration des salaires
    • Solution simple et rapide à mettre en œuvre
  • Flexibilité :
    • Système de facturation des prestations moins contraignant que la gestion des salaires
    • Une prestation transparente et sur mesure

 

Puis nous avons accueilli Aurore Bui, Fondatrice et Directrice de Softweb et Softspace un espace de coworking solidaire qui favorise les rencontres entre les créateurs d’entreprises ou d’associations et les personnes en transition de carrière. Elle nous a présenté les atouts de cet environnement de travail non seulement pour les jeunes entrepreneurs mais également pour les personnes en recherche d’emploi qui sont aussi d’une certaine manière «porteuses d’un projet».

Nous avons pu définir les contours de l’espace de coworking, lieu de travail collaboratif permettant la rencontre de profils variés autour d’un lieu de mutualisation de ressources et d’équipement (internet, imprimantes, bibliothèque, etc.).

Il est de plus assez fréquent que les espaces de coworking proposent des prestations contribuant à la qualité de vie au travail (cours de yoga, méditation, etc.), des formations et différents ateliers thématiques, ainsi que des espaces kids friendly offrant des activités pour les enfants. Ainsi l’espace coworking permet tout à la fois de créer son propre emploi, de rencontrer des entreprises et des associations, de ne pas être seul-e face à sa recherche d’emploi et de développer son réseau. Il n’est donc pas surprenant de constater la naissance d’initiatives visant à développer des espaces de coworking solidaires favorisant les interactions et les partenariats entre les créateurs d’entreprises et les demandeurs d’emploi, le tout étant coaché par un accompagnement et un suivi adapté.En voici deux à titre d’exemple :

Enfin, nous terminons ce Café-contacts Conférence par le témoignage de Mme Franziska Surber, ancienne participante au programme Espace Coaching de Qualife 50+. Au cours de son accompagnement chez Qualife, elle est passée par les étapes indispensables de la construction de son projet d’indépendance.En effet, Mme Surber s’est initialement présentée à Qualife avec une demande de coaching sur un projet de recherche d’emploi d’assistante administrative, projet parfaitement en lien avec son expérience. Cependant, il est assez rapidement apparu qu’elle aspirait à une orientation différente pour sa fin de carrière, qui soit plus en harmonie avec ses valeurs et ses aspirations actuelles. Elle avait d’ailleurs déjà entrepris une formation à l’art-thérapie qu’elle effectuait à titre personnel. Tout d’abord freinée par les multiples obstacles que sont la peur d’échouer, de ne pas y arriver, de se confronter aux regards des autres entre autres choses, elle finit par prendre conscience qu’elle n’arrive plus à trouver de motivation pour ses recherches d’emploi qui ne lui apportent aucune solution positive et décide de consacrer son énergie au projet qui lui tient le plus à cœur. Ainsi, Mme Surber explique être passée par toutes les étapes du deuil, à savoir : le déni, la colère, la tristesse, le stress puis l’acceptation, le soulagement, le réajustement et l’engagement sur un nouveau départ.Avec beaucoup d’humilité, Mme Surber a dû adapter son train de vie et ses exigences à ce nouveau projet professionnel, mais le bien-être et la satisfaction ressentis au travers d’une activité qu’elle a créée de ses propres mains n’a pas de prix. Et malgré les difficultés et les doutes rencontrés, elle exprime avec émotion le plaisir qu’elle a à pratiquer son métier d’art-thérapeute et ne regrette aucunement la décision qu’elle a prise.

Le témoignage de Mme Surber permet également de faire le lien avec les trois intervenants précédents. En effet, Mme Surber se reconnaît aisément dans les aspects multitâches de l’entrepreneur décrits par Claude Michaud en début de conférence. Son témoignage fait également référence au portage salarial tel qu’il a été présenté par Khaled Yatouji, puisqu’elle fait appel à l’association Integreat pour ce type de prestations. Enfin, elle retrouve dans son expérience associative, les aspects collaboratifs et le partenariat solidaire décrits par Aurore Bui. Elle insiste par ailleurs également sur l’importance de la solidarité entre art-thérapeutes indépendantes qu’elle considère comme des collègues et non comme des concurrentes.

Pour terminer, nous apportons quelques compléments d’informations pratiques pour explorer plus en détails la thématique de la création d’entreprise, à commencer par le guichet de la DG DERI :

Un guide du créateur d’entreprise très complet ainsi qu’un Panorama des organismes d’aide au démarrage et au développement d’entreprises à Genève existent également en téléchargement sur le site : demain.ge.ch/comment-creer-entreprise. Enfin, les ateliers «Matinales des créateurs d’entreprise» de la Cité des métiers représentent un point de départ intéressant pour tout porteur de projet en devenir.

Ce Café-contacts Conférence a suscité un fort intérêt chez les personnes présentes et s’est terminé par une série de questions auxquelles les intervenants ont répondu avec clarté et enthousiasme. En guise de conclusion, nous relevons le lien étroit entre recherche d’emploi et création d’activité, l’un pouvant enclencher l’autre. Dans les deux cas, la clé de la réussite semble se situer dans la motivation personnelle et les aspirations profondes qui permettent de trouver un sens à son action.

 

Partager ce contenu