logo qualife logo qualife

Comment gérer ses émotions et son stress en période de confinement?

16 avril 2020

Depuis le 6 avril, la Fondation Qualife organise des visioconférences afin de rassembler ses participants et poursuivre son programme d’activités collectives. Pour l’occasion, les Café-Contacts ont été rebaptisés Café-Zoom.
Chaque semaine pendant le confinement, des spécialistes interviennent sur une thématique en lien avec la situation particulière du moment. Notre première invitée, Izumi Takase, Coach en Discipline Positive, a présenté des outils simples à mettre en place pour gérer stress et émotions.
En reprenant les propos du professeur Boris Cyrulnik, neuropsychiatre français, pour faire face positivement à la situation de confinement et favoriser un bon équilibre, il est utile de renforcer les trois dimensions suivantes au quotidien :

  1. L’action: bouger, bricoler, peindre, ranger,…
  2. Le renforcement de l’affection, stimuler des liens familiaux et sociaux : appeler souvent, écrire, organiser virtuellement des moments conviviaux ou encore, à l’instar du moment, applaudir le personnel soignant au balcon.
  3. La réflexion: se donner du temps pour penser, réfléchir, méditer, lire ou écrire, …

Sur la base de ce qui précède, Izumi Takaze invite les participants à se questionner sur les émotions que cette période génère en nous. Etre conscients des émotions que nous vivons, les nommer, les accueillir pour les laisser repartir permet de mieux gérer le stress et l’anxiété. De même, pratiquer la gratitude en pensant à quelque chose qui nous rend reconnaissant face à la vie est une bonne manière de faire baisser la pression.
Au travers de la vidéo explicative, «Le modèle du cerveau dans la main de Daniel Siegel», il est aisé de comprendre comment notre cerveau se déconnecte lorsque les émotions sont trop fortes. Ce modèle est un outil simple qui propose notamment «un temps de pause», pour se reconnecter à son centre de la réflexion.
Un exercice amène les participants à énumérer toutes leurs émotions négatives. Ils sont ensuite invités à se positionner autrement: quelles actions est-il possible de mettre en place pour penser plus positivement? Beaucoup de réponses sont fournies : lire, méditer, penser à un endroit que l’on aime, cuisiner, créer du lien, partager avec les enfants, faire du yoga, … Toutes ces actions positives démontrent d’une manière symbolique la possibilité de contrebalancer les émotions négatives du départ.
Les émotions sont provoquées par des circonstances extérieures que nous ne pouvons pas changer. Il vaut alors la peine de se questionner: sur quoi avons-nous de l’emprise? Sur NOS actions. Régulières, elles permettent de développer la résilience.
Notre conférencière conclut en soulignant la nécessité de mettre en place une routine quotidienne pour se sentir bien. Cet outil peut mettre en évidence des plages pour l’action, le renforcement des liens affectifs et la réflexion.
Afficher ce «planning» peut même produire un effet rassurant.

Partager ce contenu